La transplantation de cellules souches: pour les patients atteints du diabète de type 1

Ce type de diabète se développe le plus fréquemment au moment…

LE DIABÈTE DE TYPE 1
Une maladie chronique qui peut s’installer dès le plus jeune âge

Ce type de diabète se développe le plus fréquemment au moment de l’adolescence et résulte de l’incapacité du pancréas à produire suffisamment d’insuline. Il semble qu’une destruction auto-immune des cellules β soit sous-jacente à ce dysfonctionnement mais sa cause, impliquant à la fois une prédisposition génétique et des facteurs environnementaux n’est pas encore totalement comprise.

L’incidence chez l’enfant (entre 0 et 14 ans) varie entre 0.5 et 60 pour 100’000 selon les pays, les taux les plus élevés étant dans les pays Européens.
Jusqu’à ce jour l’unique thérapie possible consiste en un apport externe d’insuline et un monitorage continu de la glycémie, plusieurs fois par jour et durant toute une vie.

Régénération et immunomodulation

Le seul moyen de soigner cette invalidante maladie serait de pouvoir :

  1. contribuer à la réparation du tissu pancréatique
  2. éviter la destruction des cellules β par le système immunitaire du patient

Dans ce sens, la transplantation de cellules souches (SCT) semble être une approche prometteuse. De nombreuses expériences pré-cliniques, suivies par un certain nombre d’essais cliniques, ont été effectués afin d’évaluer la sécurité et l’efficacité de thérapies cellulaires résolument innovantes.

Il en résulte que l’effet combiné de différents types de cellules souches (hématopoïétiques et mésenchymateuses) provenant de différentes sources (moelle osseuse et tissu de cordon ombilical) est synergétique. Ceci est dû à la complémentarité des différents types de cellules souches : alors que les cellules souches de la moelle osseuse permettent d’induire la régénération des cellules β, les cellules souches du tissu de cordon ombilical permettent de moduler la réponse auto-immune.

Evaluation de la sécurité et de l’efficacité

Récemment, un groupe de chercheurs du Diabetes Research Institute of Miami (FL, USA) et de la Xiamen University (Chine) a effectué une étude clinique pilote dont les buts étaient d’évaluer la sécurité et l’efficacité en termes de sécrétion endogène d’insuline de la co-transplantation de cellules souches dérivées du tissu de cordon ombilical (UC-MSCs) et de cellules autologues mononucléées dérivées de la moelle osseuse (aBM-MNC) chez des patients affectés du diabète de type 1.

L’étude randomisée controllée a inclu 42 patients

  • Les 21 patients du groupe test ont reçu une SCT (UC-MSCs + aBM-MNC) et le traitement clinique standard
  • Les 21 patients du groupe de contrôle ont reçu uniquement le traitement clinique standardLes observations ont été poursuivies jusqu’à 1 an après le traitement et selon des intervalles de 3 mois.Diminution des besoins en apport externe d’insulineLa sécrétion du peptide C, traditionnellement utilisée pour mesurer la production endogène d’insuline, a augmenté de manière significative dans le groupe test (SCT) alors que l’on observait parallèlement une tendance à la diminution dans le groupe contrôle.
    Le taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c), qui permet d’évaluer la concentration plasmatique moyenne en glucose à 3 mois a chûté de manière significative à 3, 6, 9 et 12 mois dans le groupe test (SCT) alors qu’il était stable dans le groupe contrôle.Les patients du groupe test (SCT) ne sont pas parvenus à une indépendance à l’insuline mais à une diminution des besoins en apport externe d’insuline, alors que ces mêmes besoins restaient inchangés dans le groupe contrôle.

    Une amélioration mesurable de la fonction métabolique

    Les auteurs de cette étude considèrent ces résultats comme une preuve de concept du fait que les transplantations de cellules souches (SCT) permettent une amélioration mesurable de la fonction métabolique chez des patients atteints du diabète de type 1.

 LES REFERENCES

Jinquan Cai, Zhixian Wu, Xiumin Xu, Lianming Liao, Jin Chen, Lianghu Huang, Weizhen Wu, Fang Luo, Chenguang Wu, Alberto Pugliese, Antonello Pileggi, Camillo Ricordi and Jianming Tan (2016) Umbilical Cord Mesenchymal Stromal Cell With Autologous Bone Marrow Cell Transplantation in Established Type 1 Diabetes: A Pilot Randomized Controlled Open-Label Clinical Study to Assess Safety and Impact on Insulin Secretion. Diabetes Care 39:149-157