Les cellules souches comme traitement potentiel de l’autisme

Nombreuses études scientifiques en cours afin de trouver un traitement possible de l’autisme: l’utilisation des cellules souches du cordon ombilical vise à « réécrire » les processus physiologiques qui causent la maladie

L’autisme – ou troubles du spectre autistique (TSA) – touche environ de 1 à 2% de la population. Il s’agit d’un trouble du développement neurologique caractérisé par une dysfonction de la communication et des interactions sociales, une répétition comportementale et une limitation des intérêts et activités.

Les causes de cette maladie n’étant pas encore clairement établies, le traitement de cette affection se fait principalement par le biais de plans nutritionnels et comportementaux, ainsi que par l’utilisation de médicaments. Ces traitements visent principalement à améliorer ou à encourager les attitudes comportementales.

Cependant, certaines conditions physiologiques semblent corréler l’autisme avec une altération du système nerveux central (SNC) et un déficit du système immunitaire. La fonction normale du SNC est altérée par une carence en oxygène (hypoxie) causée par une perfusion sanguine défectueuse, tandis que le dysfonctionnement du système immunitaire provoque des inflammations localisées.

Ces deux affections physiologiques font l’objet de nombreuses études scientifiques visant à utiliser la thérapie cellulaire afin de trouver un traitement possible de l’autisme. En particulier, de nombreuses études portent sur le potentiel des cellules souches dérivées du sang et du tissu du cordon ombilical dans le traitement de l’hypoxie et de l’inflammation. L’utilisation des cellules souches en thérapie de l’autisme vise à « réécrire » les processus physiologiques qui causent la maladie, notamment grâce à leurs propriétés de réparation et de régénération des mécanismes dysfonctionnels.

Plusieurs études indiquent que, grâce à leur capacité régénératrice, les cellules souches du cordon ombilical sont capables de libérer des facteurs de croissance qui induisent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins et contribuent à la neuro-régénération. De cette façon, l’insuffisance de la perfusion sanguine et de l’oxygène est surmontée.

Quant au dysfonctionnement du système immunitaire et à l’inflammation qui en résulte, grâce à leur capacité de migration vers les zones défectueuses du système et à leur activité immunosuppressive, les cellules souches du cordon inhibent les protéines inflammatoires. De cette façon, ils réduisent le niveau d’inflammation et, par conséquent, améliorent les conditions neurologiques des patients.

La communauté scientifique est de plus en plus sensible à cette question et de nombreux essais cliniques, achevés ou en cours, visent à valider la sûreté et l’efficacité de la thérapie cellulaire utilisant des cellules souches du cordon ombilical. Parmi ceux, l’étude clinique menée par la Dre Joanne Kurtzberg, du Duke University Medical Center, qui vise à évaluer la capacité des cellules souches autologues (auto-dérivées) et allogéniques (dérivées de donneurs) à améliorer les symptômes associés aux troubles du spectre autistique. L’équipe de la Duke University termine maintenant la phase II de l’essai clinique – qui a débuté après les résultats positifs obtenus dans la première phase – et la Dre Kurtzberg est convaincu que «la thérapie cellulaire, au moins dans la phase préliminaire, semble vraiment faire une différence pour cette maladie».