L’importance du tissu du cordon ombilical dans la médecine régénérative

L’importance du potentiel prolifératif et de la différenciation des cellules souches mésenchymateuses contenus dans le cordon ombilical

Depuis 1988, année où la première transplantation de cellules souches de sang de cordon a été enregistrée pour le traitement d’un cas d’anémie de Fanconi, le cordon ombilical a fait l’objet de nombreuses études et recherches scientifiques destinées à démontrer son grand potentiel thérapeutique.

Le tissu du cordon ombilical est devenu le centre de ces études et recherches il y a une dizaine d’années: «Le tissu de cordon a été considéré comme totalement inutile pendant de nombreuses années. C’était considéré comme un déchet biologique. Nous avons rassemblé toutes les preuves existantes pour confirmer que grâce à la cryoconservation du tissu du cordon ombilical, il peut être utilisé pour d’autres applications cliniques», déclare Timur Fatkhudinov, coauteur d’une étude récemment publiée dans la revue Stem Cell Research & Therapy.

Avec son équipe de chercheurs du RUDN – Département d’Histologie, Cytologie et Embryologie de l’Institut de Médecine en Russie – Fatkhudinov souligne l’importance du potentiel prolifératif et de la différenciation des cellules souches mésenchymateuses (CSM) contenus dans la gelée de Wharton qui enveloppe et protège le cordon ombilical.

La gelée de Wharton est une précieuse réserve de facteurs de croissance et contient une quantité importante de composants de la matrice extracellulaire, comme le collagène et l’acide hyaluronique, qui contribuent à l’accélération des processus de guérison. Les CSM du cordon sont très précieuses pour la médecine régénérative et l’ingénierie tissulaire en raison de leur capacité à se transformer en différents types de cellules (os, tendons, muscles, cartilage, etc.) et de leurs propriétés de réparation tissulaire.

À ce jour, ils se sont déjà révélés efficaces dans le traitement du spina bifida, des ulcères complexes des membres inférieurs, ainsi que de nombreux autres troubles, dont le diabète, l’ischémie et l’ostéomyélite. De plus, la Food and Drug Administration (FDA) a récemment annoncé plus de 100 études cliniques dans lesquelles les CSM du cordon seront utilisés pour le traitement des insuffisances cardiovasculaires, hépatiques et musculo-squelettiques, ainsi que des maladies auto-immunes et neurologiques.

Le principal inconvénient du cordon ombilical en tant que source de cellules souches est son caractère transitoire: le prélèvement d’échantillons de sang et de tissu du cordon ombilical n’est possible que pendant une courte période de temps immédiatement après l’accouchement. Pour cette raison, Fatkhudinov est convaincu que la solution idéale pour cela est la cryoconservation dans l’azote liquide à -196°C. Ce procédé protège tous les composants utiles extraits du cordon ombilical par congélation, dont les fonctions biologiques sont restaurées une fois décongelés.

De même, Nescens Swiss Stem Cell Science est convaincue que la cryoconservation du sang ombilical comme source de cellules souches hématopoïétiques et, en même temps, du tissu ombilical comme source de cellules souches mésenchymateuses est la réponse au éventuels besoins de transplantations ou de greffes autologues.