Maladies oculaires et thérapie cellulaire

Les cellules souches peuvent devenir une nouvelle opportunité thérapeutique pour les patients atteints de maladies oculaires: breveté un collyre révolutionnaire

La recherche en laboratoire et clinique dans le domaine de la thérapie cellulaire appliquée à l’ophtalmologie se développe de manière significative, montrant comment les cellules souches peuvent devenir une nouvelle opportunité thérapeutique pour les patients atteints de maladies oculaires.

À la Stanford University, Jeffrey Goldberg, professeur d’ophtalmologie au Byers Eye Institute, travaille avec son équipe sur l’application de la thérapie cellulaire au glaucome. Quand la pression oculaire augmente drastiquement, les cellules ganglionnaires rétiniennes (CGR) meurent et, incapables de se régénérer ou d’être remplacées, il y a une perte progressive de vision. Les CGR jouent un rôle fondamental dans la vision, étant responsables du traitement et du transport de l’information de l’œil au cerveau via le nerf optique.

La recherche du professeur Goldberg se concentre sur la protection ou la régénération des CGR par l’utilisation de cellules souches, qui peuvent générer un effet neuroprotecteur qui ralentit ou empêche la dégénérescence des CGR. De même, ils peuvent remplacer les CGR perdus et rétablir les connexions neuronales entre l’œil et le cerveau.

Les cellules souches mésenchymateuses sont en effet capables de produire des protéines qui favorisent la réparation des cellules endommagées et leurs propriétés de régénération et de différenciation les placent dans une position privilégiée dans le domaine thérapeutique.

Un résultat encore plus remarquable a été obtenu par une équipe de chercheurs italiens de l’Unité d’Ophtalmologie de l’Université de Bologne coordonnée par la Dr Piera Versura. Les scientifiques ont en effet breveté un collyre révolutionnaire, obtenu à partir d’une partie du sang du cordon ombilical, le sérum, riche en facteurs de croissance dont les propriétés sont efficaces contre le glaucome grâce à leur effet neuroprotecteur.

«Avec ce collyre biologique – confirme la Dr Versura – nous avons obtenu une valeur ajoutée significative grâce à l’utilisation du sang de cordon, en administrant un médicament qui est le résultat du développement naturel d’une nouvelle vie. Le sang ombilical est en effet produit dans une période de forte demande métabolique et pourrait donc représenter une puissante combinaison de facteurs trophiques, c’est-à-dire les substances produites par l’organisme qui peuvent assurer la survie des cellules et stimuler leur croissance».

Le sang et les tissus du cordon ombilical sont une source inestimable de cellules souches et de facteurs de croissance. Envisagez la possibilité de préserver les cellules souches du cordon ombilical de votre enfant avec Nescens Swiss Stem Cell Science et de protéger leur santé future.