L’alcool pendant la grossesse: voici les risques pour le bébé

Les anomalies causées par la consommation d’alcool pendant la grossesse vont des troubles neurocomportementaux légers à la manifestation complète des symptômes du Syndrome d’Alcoolisation Fœtale

La Journée Internationale du Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) et des troubles connexes a été célébrée le 9 septembre, une condition qui décrit une série d’effets qui peuvent se produire chez les personnes dont la mère a consommé de l’alcool pendant la grossesse.

Selon les données recueillies par The Lancet Global Health – l’hebdomadaire britannique de médecine générale – environ 60% des femmes dans le monde boivent de l’alcool à un moment donné pendant leur grossesse. L’alcool est comparable à une vraie drogue, car chez toutes les personnes (et pas seulement chez les femmes enceintes), il provoque une série de mécanismes qui altèrent le bon fonctionnement de l’organisme: altération de la pression artérielle, des fonctions rénales, du rythme humoral.

Le plus grand danger, cependant, réside dans le fait que l’alcool traverse facilement le placenta, arrivant ainsi directement au fœtus. Comme le bébé n’est pas encore capable de métaboliser l’alcool, il pourrait subir de graves dommages aux cellules cérébrales et aux tissus des organes en formation.

Les anomalies causées par la consommation d’alcool pendant la grossesse vont des troubles neurocomportementaux légers à la manifestation complète des symptômes du SAF, comme les malformations faciales, le retard de croissance et les troubles neuro-développementaux du système central. En particulier, le fœtus exposé à une intoxication alcoolique a un risque plus élevé d’insuffisance pondérale à la naissance, avec des malformations physiques ou des altérations du développement neurologique, ou même des lésions aux organes internes (en particulier au foie et aux reins).

La consommation d’alcool pendant la grossesse est toujours nocive, quelle que soit la quantité consommée. Le conseil pour les mères est donc de ne pas en prendre: même de petites doses peuvent causer l’infertilité, des avortements spontanés, des enfants prématurés, et dans certains cas la mort périnatale. Par conséquent, même si vous envisagez de devenir enceinte, vous devriez éviter de boire de l’alcool. Il en va de même pendant l’allaitement, puisque toute boisson alcoolisée bue passe à travers la barrière placentaire et est présente dans le lait maternel.

Ne pas consommer d’alcool est le choix le plus sûr pour votre bébé, tout comme préserver les cellules souches de son cordon ombilical. Découvrez comment faire avec Nescens Swiss Stem Cell Science.