Épilepsie: la contrôler par la thérapie cellulaire

Les résultats d’une étude suggèrent que la thérapie cellulaire GABAergic dérivée de cellules souches pluripotentes induites offre la promesse d’un contrôle permanent des crises et d’un soulagement des comorbidités associées à l’épilepsie

Il y a environ 50 millions de personnes dans le monde qui souffrent d’épilepsie. Cette affection touche principalement les enfants, les adolescents et les personnes de plus de 65 ans. En plus des causes génétiques, l’épilepsie peut survenir à la suite d’une carence en oxygène pendant l’accouchement, ou elle peut aussi être due à des lésions cérébrales causées par des accidents vasculaires cérébraux, des tumeurs cérébrales, des lésions cérébrales traumatiques, l’abus de drogues et d’alcool ou des infections cérébrales.

Les crises d’épilepsie sont causées par des épisodes soudains et récurrents de convulsions, dus à un déséquilibre entre deux types différents de cellules neuronales dans le cerveau. En particulier, les crises surviennent lorsque les neurones excitateurs provoquent une décharge soudaine excessive et rapide des autres cellules du cerveau, due à des changements ou à un mauvais fonctionnement des neurones inhibiteurs, responsables précisément de la régulation des neurones excitateurs.

À ce jour, l’épilepsie est traitée au moyen de médicaments, de la chirurgie et de la nutrition pour tenter de réduire les épisodes de crises.

Dans l’étude du professeur Ashok K. Shetty du Department of Molecular and Cellular Medicine del Texas A&M College of Medicine, publié dans la revue Proceedings of the National Academy of Science (PNAS) avec son équipe de chercheurs, on explique comment ils travaillent à un traitement meilleur et permanent pour les personnes souffrant d’épilepsie.

Le Dr Shetty a obtenu des cellules souches pluripotentes induites (iPSCs) en « forçant » les cellules épithéliales prélevées sur les patients eux-mêmes à régresser vers leur état cellulaire primaire. Une fois cet état atteint, les iPSCs peuvent être génétiquement manipulés pour former n’importe quelle cellule du corps, comme les cellules neuronales.

En particulier, les iPSC ont été induites dans les cellules neuronales GABAergic, c’est-à-dire les cellules neuronales qui utilisent GABA, le principal neurotransmetteur inhibiteur du cerveau. Le but du Dr Shetty et de son équipe était en fait de « corriger » les différences d’expression des récepteurs responsables des crises, en déclarant que «Cela fonctionnait très bien pour supprimer les crises et même pour améliorer les fonctions cognitives et humorales dans la phase chronique de l’épilepsie». D’autres tests ont montré que les neurones transplantés ont formé des synapses, ou connexions, avec les neurones excitateurs du receveur.

Bien qu’encore à l’étude sur un modèle animal, la publication du Dr Shetty et de son équipe représente un important pas en avant dans le traitement des maladies du cerveau autrement incurables. De plus, l’un des aspects les plus pertinents de cette étude est que les cellules peuvent être obtenues du patient lui-même. Ce type de processus, appelé transplantation autologue, est spécifique au patient, ce qui signifie qu’il n’y aurait aucun risque de rejet des neurones transplantés.

«Nos résultats suggèrent que la thérapie cellulaire GABAergic dérivée de cellules souches pluripotentes induites offre la promesse d’un contrôle permanent des crises et d’un soulagement des comorbidités associées à l’épilepsie».

Le cordon ombilical de votre enfant est une riche source de cellules souches. Les conserver avec Nescens Swiss Stem Cell Science signifie protéger une ressource précieuse pour l’avenir de votre famille. Cliquez ici pour en savoir plus.