Les cellules souches et l’infertilité

Des cellules souches oogoniales, c’est-à-dire un type de cellules souches adultes capables de produire des ovocytes, pourraient traiter l’infertilité dans le futur

Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé, 15% des couples dans le monde en âge de procréer souffrent d’infertilité.

Actuellement, cette condition est traitée par la stimulation hormonale, l’insémination intrautérine, la fécondation in vitro et le don de gamètes. Toutefois, la plupart de ces options reposent sur l’hypothèse que les deux partenaires produisent déjà des gamètes fonctionnels.

Récemment, certains scientifiques ont identifié chez plusieurs mammifères – dont l’homme – des cellules souches oogoniales, c’est-à-dire un type de cellules souches adultes capables de produire des ovocytes, qui pourraient traiter l’infertilité dans le futur.

«L’utilisation des cellules souches peut prévoir leur différenciation en laboratoire en ovocytes, permettant une gamétogenèse complètement in vitro», explique Francesca Klinger du Département de Biomédecine et Prévention de l’Université de Rome Tor Vergata, Section d’Histologie.

Les cellules souches ont la propriété unique de restaurer, régénérer ou remplacer les cellules spécialisées du corps qui sont physiologiquement consommées ou endommagées. Grâce à leurs caractéristiques particulières d’auto renouvellement et de différenciation, les cellules souches sont utilisées depuis plus de 30 ans dans le traitement de nombreuses maladies et états pathologiques – en particulier du sang et du système immunitaire.

Maintenant, de nouvelles perspectives pourraient également s’ouvrir dans le traitement de l’infertilité, comme le démontrent déjà les premiers résultats obtenus en 2011 par un groupe de chercheurs japonais de l’Université de Kyoto. Ils ont reproduite en laboratoire la première étape de la gamétogenèse chez les souris, en partant de cellules souches pluripotentes induites et en obtenant ensuite des ovocytes qui, en subissant une FIV, ont produit des chiots sains.

«La perspective de générer des ovocytes à partir de cellules souches pourrait garantir aux patientes confrontées à une voie de préservation de la fertilité ou de procréation assistée une plus grande indépendance et une liberté de choix, souvent fortement limitée par le temps», poursuit Dr. Klinger. Par conséquent, en confirmant que la transplantation de cellules souches autologues est un domaine qui se développe aussi largement dans le secteur de la reproduction, dont le but ultime est d’améliorer les taux de réussite de la procréation médicalement assistée et de donner une chance même aux couples dont les gamètes ne sont pas fonctionnels (en raison de causes génétiques, de traitements de radiothérapie ou de chimiothérapie, de médicaments immunosuppresseurs).

N’oubliez pas l’importance de préserver les cellules souches contenues dans le cordon ombilical de votre bébé : contactez Nescens Swiss Stem Cell Science pour en savoir plus et visitez notre site web pour découvrir le potentiel de cette précieuse ressource.