Accident ischémique cérébral et cellules souches: l’histoire d’un grand-père et de sa petite-fille

« On ne sait jamais ce qui pourrait arriver à sa famille, demain ou dans dix ans, et quand on pourrait avoir besoin de ces cellules »

En 2018, le père de Lucie Pinova n’avait que 60 ans lorsqu’il a été victime d’un accident ischémique cérébral (AIC) causé par un caillot dans la carotide. L’homme a été immédiatement secouru, mais l’ischémie a gravement affecté l’hémisphère gauche de son cerveau, entraînant une paralysie du côté droit de son corps et des troubles cognitifs majeurs, dont la perte de sa capacité à parler.

Après avoir passé un mois à l’hôpital, les médecins n’ont rien pu faire pour résoudre la paralysie ou d’autres handicaps du patient. La famille l’a donc placé dans un centre de réhabilitation, où l’homme a pu réapprendre à s’habiller, à manger et à se déplacer seul en fauteuil roulant. Cependant, sur le plan cognitif, il n’y a pas eu d’amélioration.

En 2019, Lucie apprend l’utilisation des cellules souches dans le traitement des patients victimes d’un accident ischémique cérébral, avec une amélioration significative des conditions physiques et cognitives. En particulier, l’utilisation de cellules souches extraites du sang et du tissu du cordon ombilical s’est révélée très prometteuse pour ces patients, car les cellules sont très jeunes et ductiles.

L’homme a donc été soumis à une première thérapie cellulaire avec des cellules souches du cordon ombilical provenant d’un donneur compatible: des cellules hématopoïétiques du sang du cordon et des cellules mésenchymateuses du tissu du cordon ont été administrées au patient à la fois par perfusion intraveineuse et par injection intrathécale dans le canal rachidien.

L’intervention a été couronnée de succès et a permis d’améliorer considérablement les capacités motrices et cognitives: le patient a pu marcher sans soutien et mieux s’exprimer pendant les séances d’orthophonie.

Fin 2019, au moment de la naissance de sa petite fille, Lucie a décidé de préserver les cellules souches du cordon ombilical de sa fille pour les utiliser pour un second traitement du nouveau grand-père. Heureusement, le grand-père et la petite-fille étaient compatibles et le patient a pu suivre une seconde thérapie cellulaire. Aujourd’hui, le père de Lucie peut s’occuper de sa petite-fille et être son grand-père, partageant avec elle un lien encore plus spécial.

En Suisse, environ 16’000 personnes souffrent chaque année d’un accident ischémique cérébral ou d’une hémorragie cérébrale. 25% des patients souffrent d’un handicap permanent, et un sur quatre ne survit pas.

Découvrez dès maintenant comment préserver les cellules souches du cordon ombilical de votre enfant grâce Nescens Swiss Stem Cell Science: contactez-nous ici.

 

Source: https://parentsguidecordblood.org/en/news/granddaughter-donated-newborn-stem-cells-her-grandfather-after-stroke